AlpVision annonce le lancement des premiers services d’abonnement en ligne à des serveurs de réseaux de neurones biologiques à l’intention des chercheurs en intelligence artificielle

En intégrant des ordinateurs vivants de culture de cellules nerveuses, du matériel de matrices de microélectrodes (MEA) CMOS, des logiciels de traitement des signaux et des technologies d’interface Internet,...

En intégrant des ordinateurs vivants de culture de cellules nerveuses, du matériel de matrices de microélectrodes (MEA) CMOS, des logiciels de traitement des signaux et des technologies d’interface Internet, bioserver.net permettra aux chercheurs en intelligence artificielle d’accéder à distance à des unités de calcul vivantes à faible consommation d’énergie pour des réseaux de neurones réels au lieu de réseaux de neurones artificiels à base de silicone. « Les cultures BNN sont utilisées de longue date par l’industrie pharmaceutique en pharmacologie clinique lors du développement de médicaments à l’aide de protocoles de culture cellulaire dédiés pour développer des réseaux de neurones et les conserver pendant plusieurs mois, voire plusieurs années. Les progrès récents dans le domaine de l’interfaçage des CMOS MEA à haute densité permettent maintenant le haut débit des signaux de stimulation et de lecture en connexion directe avec les BNN vivants à une résolution accrue, tant spatiale, grâce à des milliers d’électrodes, que temporelle, grâce à l’échantillonnage des signaux à plusieurs kHz. « Cela représente une opportunité sans précédent pour concevoir des systèmes de traitement biologique intégrant des composants d’ordinateurs vivants. Nous envisageons que les BNN peuvent apporter des capacités de traitement neuronal inhérentes à un coût de consommation d’énergie bien plus faible que les réseaux équivalents à base de silicone. Gardez à l’esprit que le cerveau ne consomme qu’environ 20 W pour effectuer ses tâches cognitives les plus complexes », explique Fred D. Jordan, PhD, cofondateur et PDG d’AlpVision.

Outre de faciliter aux chercheurs en IA l’accès à distance afin de surveiller les cultures BNN sans la nécessité de créer et gérer un laboratoire de travaux pratiques, l’API d’interface bioserver.net proposera également différentes options de programmation à distance pour les ordinateurs dorsaux en charge de contrôler les BNN en temps réel, de la même manière qu’une application de bureau à distance. « Pour mener leurs recherches, les experts en IA doivent exploiter les capacités de calcul et d’apprentissage des BNN avec un traitement plus avancé des signaux. Grâce aux outils de programmation de bioserver.net, les signaux MEA à haut débit (jusqu’à plusieurs gigaoctets par minute) peuvent ainsi être localement précalculés, post-traités et filtrés en fonction des besoins individuels de l’application principale. Il est même possible d’exécuter des algorithmes d’apprentissage profond dans l’architecture de système de bout en bout via la couche BNN », affirme Martin Kutter, PhD, cofondateur et président d’AlpVision.

Les services bioserver.net seront disponibles d’ici à la fin 2019 moyennant un abonnement mensuel, en permettant au début un accès à des réseaux de 50 000 à 100 000 neurones.

Photo – https://mma.prnewswire.com/media/901183/AlpVision_SA.jpg 

Logo – https://mma.prnewswire.com/media/901182/AlpVision_Logo.jpg

CONTACT : 

Bioserver.net

AlpVision SA

Dr Fred Jordan
fred.jordan@alpvision.com

+41-21-948-64-64

Related Links

https://bioserver.net/

SOURCE AlpVision SA

Categories
Uncategorized
No Comment

Leave a Reply

*

*

RELATED BY